La saga Hunger Games de Suzanne Collins

telechargement

Je ne saurais par où commencer pour vous faire cet article sur Hunger Games parce que j’ai tellement de choses à dire que j’ai peur d’en oublier. Cette saga m’a fait un effet de fou, elle m’a bouleversée, elle m’a retournée,  je n’avais encore jamais ressenti ça pour un roman quel qu’il soit. Même Harry Potter qui m’a émerveillée ne m’a pas autant donner envie de poursuivre ma lecture et même de ne pas la terminer. C’était très paradoxale, j’avais vraiment envie d’arriver au bout et je n’avais pas envie de quitter cet univers.

Voilà ce que m’a fait Hunger Games. Je crois que c’est une expérience de lecture que j’avais encore jamais vécu et que je conseille à tout le monde de la connaître un jour.

Panem  est divisé en 13 districts. 74 ans avant l’histoire que nous lisons, il y a eu une révolte dans le district 13 contre le Capitol mais malheureusement c’est le Capitole qui gagnera cette bataille. Depuis, pour prouver aux districts que le Capitole est le plus fort, il organise des Hunger Games dont le but est de moissonner deux tribus dans chaque district et de les mettre dans une arène pour qu’ils s’entretuent. Le dernier tribu est le grand vainqueur.

Nous plongeons dans l’histoire lors des 74ème jeux au centre du district Douze et nous rencontrons Katniss et Peeta qui seront désignés comme tributs.

On va vraiment commencer à s’attacher aux personnages, à vouloir qu’ils sortent vainqueurs, à détester le Capitole, le créateur des jeux et on va apprendre à se révolter contre le Capitole de la même façon que les personnages et je trouve que c’est la beauté de l’écriture de Suzanne Collins. Le fait que ça soit un  Je, on est d’autant plus plongé dans les pensées de Katniss, on les partage d’autant plus. C’est un personnage qui très bien travaillé puisqu’elle n’est ni totalement banale, ni totalement particulière. On se projette dans sa tête, dans ce qu’elle ressent avec une extrême facilité, elle en devient une amie, et je trouve ça fabuleux.

Ne continuez pas votre vie de lecteur sans avoir connu cette saga. je comprends pourquoi elle a bouleversé beaucoup de gens. Je crois qu’elle fait partie des premières dystopies des dernières années et je pense que c’est l’une des meilleures que j’ai lues jusqu’à présent.

N’hésitez pas à commenter, à me dire ce que vous en avez pensé : j’aimerais beaucoup en parler avec vous. Et si j’ai réussi à travers ce petit article à vous donner envie de découvrir cette saga, je crois que ça sera une victoire personnelle.

 

Publicités

Childhood’s End

Blanche-neige-et-les-sept-nains.jpg

Série crée en 2015. 3 épisodes. Vous reconnaîtrez peut-être le bo-goss de Under The Dome : Mike Vogel ou encore le papa de Cersei Lanister : Charles Dance — que je vois partout depuis Games Of Throne.

Il s’agit d’une adaptation d’un roman de Arthur C. Clarke : Les Enfants d’Icare qui nous raconte l’arrivée d’Extra-terrestres sur Terre dont l’unique but semble de pacifier la planète et d’en faire une utopie. Mais les choses ne sont pas si simples.

La série reprend le même fond et nous offre une vision de notre planète où les guerres, les famines et les maladies ne font plus partie de nos vies et ce, grâce à l’intervention de ces « Seigneurs » venus de l’espace.

J’ai accroché directe à l’univers, la série est vraiment bien menée et bien réalisée. Alors que certaines longueurs peuvent déranger certains, je les ai presque trouvées nécessaires. De plus, nous n’avons que trois épisodes, alors les choses s’enchaînent rapidement, et malgré ces longueurs, on ne s’ennuie pas et une seule question nous hante : mais pourquoi font-ils ça?

La particularité de cette histoire c’est qu’en niant Dieu, elle l’affirme, et c’est à vous retourner le cerveau. Certes, beaucoup de questions resteront sans réponse, peut-être que comme pour l’idée d’un « maître-esprit » ou d’un « Dieu » dont la série fait mention, c’est à nous de les trouver…

Suicide Squad

Blanche-neige-et-les-sept-nains.jpg

Réalisé par Zack Snider et sorti sur nos écran en 2016, Suicide Squad se situe entre Dawn of Justice et le prochain Justice League.

Après la mort de Superman, le monde est laissé à la merci des méta-humains dont le haut gouvernement craint les déboires. C’est pourquoi une élite de très dangereux méta-humains (c’est parfaitement logique n’est-ce pas?) est recrutée pour combattre le mal qui menace le monde.

Le film est bon. Je dois avouer que la réalisation est superbe, les acteurs sont parfaits, les choses s’enchaînent de telle manière que vous n’avez pas le temps de vous ennuyer et pour couronner le tout, la B.O est juste oufissime.

Mais, malheureusement, je n’ai pas été convaincue. Certes, on ne s’ennuie pas car l’action est très présente. Et c’est regrettable pour moi, j’aurais aimé que le travail d’approfondissement réalisé sur Harley Queen et son passé soit le même pour les autres personnages mais on se contente d’un bref résumé lorsque l’escouade est montée. Et puis, ils restent des méchants. Je suis une pro-Superman, je tolère difficilement que les méchants l’emportent ^^.

Un film à voir pour sa réalisation mais qui pêche un peu sur certains points. Dommage.

Jack

Blanche-neige-et-les-sept-nains.jpg

Réalisé par Francis Ford Coppola (et oui, il n’a pas fait que Le Parrain) en 1996, Jack raconte l’histoire de Jack, interprété par notre regretté Robin Williams, qui est atteint d’une maladie extrêmement rare. En effet, son corps vieillit 4 fois plus vite que son esprit. A l’âge de 10 ans il a l’aspect d’un homme de 40 ans et va devoir apprendre à vivre avec le regard des autres enfants mais aussi des adultes.

C’est un film que j’adorais étant adolescente et que j’ai voulu redécouvrir. Le jeu de Robin Williams est très bon et très juste. On pourrait presque croire que lui même est atteint de cette maladie à travers son regard : « il a le regard d’un enfant ». Jack semble avoir été écrit pour cet acteur et çà marche.

Ce qui est intéressant dans ce film c’est l’histoire un peu inédite qui y est jouée et l’amitié improbable qui se lie entre ce grand garçon « tout poilu » et les enfants du même âge de son école.

Malheureusement, les personnages qui gravitent autour de Jack ne me touchent pas autant que lui. Ils manquent de profondeur. Confrontés à la maladie de Jack, qui le conduit à une mort certaine à un âge pourtant très jeune, ses parents et son entourage me paraissent bien trop légers. Il n’est jamais vraiment question de ce qu’il se passe dans leur esprit, je trouve ça dommage.

Bref, un film sympathique qui reste seulement une comédie divertissante mais qui vaut le coup grâce au jeu de Robin Williams, juste, comme dans tous ses films.

Blanche Neige et les sept nains

blanche-neige-et-les-sept-nains

Est-il bien utile de présenter ce tout premier chef d’oeuvre Disney? Réalisé en 1938, Blanche Neige et les sept nains est une adaptation du conte des frères Grimm. C’est l’histoire d’une jeune princesse qui doit fuir son royaume pour survivre à la jalousie de sa belle-mère prête à tuer la jeune fille. Dans sa fuite, elle se liera d’amitié avec sept nains qui vont tout faire pour la protéger.

C’est un dessin animé que je prends plaisir à revoir de temps en temps. C’est plein de tendresse. C’est à mon sens l’un des Disney où le méchant est cruel au point de vouloir la mort du personnage principal. De plus, elle fait vraiment peur : The Evil Queen en vieille sorcière est assez creepy. Bien que Blanche Neige soit assez niaise comme princesse, elle reste notre toute première princesse Disney, c’est assez nostalgique lorsque nous la comparons à Elsa ^^.

Je n’ai pas vraiment de point négatif à donner à ce dessin-animé. Il est vraiment réussi et il fait partie, selon moi des dessins animés à avoir vus dans sa vie. Alors si ce n’est pas encore fait, je vous invite à le découvrir, et pourquoi pas accompagné de vos enfants, qu’ils s’immergent à leur tour dans ce magnifique univers qu’est celui de Disney.

Harry Potter et l’enfant maudit

blog

« GINNY
Moi aussi, j’ai peur.

RON
Moi, rien ne me fait peur. À part maman. »

 

Cadeau de ma maman samedi dernier, auquel je ne m’attendais pas du tout, et que j’ai fini le lundi.

Alors que dire sans vous spoiler. Bien que j’imagine qu’il est surement déjà lu par nombreux d’entre nous.

Le livre est donc la retranscription de la pièce de théâtre jouée depuis quelques mois déjà à Londres. Elle raconte l’histoire d’Albus, fils de Harry, et de Scorpius, fils de Drago, dix neuf ans après les événements des premiers livres. Nos jeunes héros vont tenter de changer le cours des événements pour rendre les choses meilleures tandis que Harry se verra confronté à un ennemi du passé.

Comme tout les romans de la saga, l’écriture est extrêmement agréable et l’univers est totalement respecté. Mais malheureusement, c’est du déjà vu. Je trouve que ce tome n’est tellement pas à la hauteur des premiers. C’est bâclé et rabâché. Il n’y a vraiment rien de nouveau. L’histoire d’amitié entre les deux jeunes hommes pourrait être crédible mais celle qui se noue entre leurs parents est littéralement incroyable. Je trouve que tout ce qui faisait la force des personnages de la saga a totalement disparu pour en faire des carcasses vides sans profondeur…Ah, et cette histoire autour de l’antagoniste principale, juste tirée par les cheveux selon moi. C’est tellement dommage étant donné les possibilités que Rowling s’est offertes en créant cette univers.

Bref, un plaisir de lecture mais grosse déception. Ça ma pincé le cœur.

Le Hobbit – La Trilogie

blog

« Mon chère Frodon, tu m’as demandé un jour si je t’avais tout raconté de mes aventures. Bien que je puisse affirmer t’avoir dit la vérité, je ne t’ai peut-être pas tout dit. »

Je pense qu’il n’est nullemment nécessaire de vous présenter cette trilogie alors je vais directement vous dire ce que j’en ai pensé. J’ai certes du retard mais au moins c’est vu.

Ah cette trilogie que nous attendions tous sans l’avoir vue venir. Lorsque j’apprends que Peter Jackson projette de réaliser une nouvelle trilogie autour de l’univers du Seigneur des anneaux je suis aux anges. Mais bien que nous retrouvons ses décors, ses mythes et ses légendes, je trouve que cette nouvelle trilogie n’est pas à la hauteur. Je ne saurais vous dire vraiment pourquoi. Thorin m’a gavé, je l’ai trouvé too much dans ce rôle de roi fou. Le dragon est superbe mais beaucoup trop bavard. Les orques sont tellement differents de ceux que nous connaissons et n’arrivent pas à la cheville des Urukai à mon sens. Bref, ce ne sont que de petits détails qui font que la trilogie ne surpasse pas mes attentes.

Le Seigneur des anneaux, qui est pour moi un des chefs d’oeuvre du cinéma, nous envoie beaucoup trop de lourd pour qu’un préquel puisse le surpasser. Ceci dit, la trilogie n’est pas mal du tout. Peut être aurait elle méritée d’être tournée avant les films du Seigneur des anneaux.

Convaincue mais pas époustouflée.